DSC00249
DSC00100
DSC00130
DSC00168
DSC00239
DSC00018
DSC00216

Excursions hivernales dans les montagnes Blanches du New-Hampshire

Par Sandra Cusson

 

L’hiver 2016, avec son manque chronique de neige, a été difficile pour bien des amateurs de plein-air.  Très difficile.  Fraîchement semi-retraités, mon chéri est moi avions planifié un séjour prolongé dans les montagnes Blanches du New-Hampshire.  Parés à toutes les éventualités, nous avons apporté nos skis alpins, skis de fond, raquettes et crampons à glace.  Je me permets d’insister sur ce dernier item de la liste; grâce à nos crampons super performants, nous avons eu un plaisir fou en montagne.  En fait, les aléas de dame Nature nous ont rendu un grand service, nous poussant à découvrir cette forme de randonnée hivernale qui s’est avérée des plus agréables.  J’aimerais partager ici quelques-unes de nos plus belles excursions.

 

Artist’s Bluff

 

Nous avons débuté par cette balade facile, dont l’entrée se trouve juste en face du stationnement du centre de ski du mont Cannon.  Une toute petite boucle de 2.4 km nous permet de voir, après une ascension de 120 m, de superbes vues sur la vallée de Franconia et sur le mont Lafayette.  On ne se surprend pas que ce paysage étonnant ait inspiré plusieurs artistes peintres des années 1800, dont Edouard Hill, pour qui c’était l’un des lieux d’inspiration favoris.

 

Lonesome Lake

 

Lors de cette montée un peu plus corsée, sur 2.6 km (aller-simple), comportant certaines sections passablement abruptes, chacun de mes pas me faisait apprécier l’excellence des crampons de métal fixés à mes bottes.  Je ne peux pas imaginer la montée – et encore moins la descente – sans ces précieux attributs!  Au sommet du sentier, nous avons découvert un des plus beaux lacs d’altitude que nous ayons vus.  Niché à plus de 830 mètres, ce magnifique lac entouré de montagnes offre un panorama spectaculaire, dans la brume légère et la lumière déclinante de cette fin d’après-midi.  Nous empruntons le sentier facile qui fait le tour du lac, jusqu’à la hutte opérée par l’Appalachian Mountain Club (AMC), où nous prenons une petite pause avant de redescendre vers la vallée.  L’été, le sentier est très fréquenté mais en cette journée de février, le lac de la solitude portait bien son nom…

 

Le mont Willard

 

Un peu plus à l’est, en direction de Jackson, le sentier menant au sommet du mont Willard constitue en soi une expérience des plus agréables.  Plutôt linéaire, le chemin prend parfois des allures d’allée bordée de grands arbres matures.  Bien que l’on y grimpe près de 300 mètres, la plupart du temps, nous avions l’impression de marcher sur le plat, dans un parc aménagé.  Une fois au sommet, la vue est incroyable.  Nous avions la gorge de Crawford à nos pieds et un panorama à 180 degrés sur plusieurs hauts sommets, dont les monts Webster et Willey.  En tout : 5.2 km, comprenant l’aller et le retour.  Nous avons tellement aimé que nous l’avons marché deux fois!

 

Le mont Pemigewasset

 

Son nom d’origine abénaquise signifie « courant rapide », en référence à la rivière du même nom qui serpente dans la vallée.  Le sentier qui mène au sommet est un peu plus difficile que celui du mont Willard; on doit y grimper 350 m sur une distance d’un peu moins de 6 km (aller et retour).  L’atmosphère qui y règne est totalement différente, avec une forêt plus jeune et une vue toujours dégagée; on sent bien la montagne tout au long du chemin.  La récompense se trouve au sommet. Après le passage d’un faux-plat couvert de conifères, on atteint de grandes dalles rocheuses qui permettent des vues impressionnantes sur une enfilade de sommets, dont le Franconia Ridge, cette fameuse crête qui relie plusieurs sommets des Montagnes Blanches (les monts Flume, Liberty, Lincoln et Lafayette), tout en offrant des vues spectaculaires aux alentours.  Nous nous sommes promis d’effectuer cette randonnée sur la crête l’été prochain.

 

The Basin et Sabbaday Falls

 

Pour les amateurs de chutes, bassins et cascades, ces deux sites exceptionnels permettent des promenades enchanteresses et 100% photogéniques.  Extrêmement fréquentés en été, ils prennent des allures de paradis tranquilles en hiver.  The Basin, tout en cascades et bassins d’eaux cristallines se déversant les uns vers les autres, offre une balade assez inusitée.  On a pratiquement une version miniature du célèbre parc national des Plitvices en Croatie, avec ses aménagements de passerelles et pont de bois permettant une multitude de vues sur les bassins.  Divin et rafraîchissant!  On y trouve tout de même 3.2 km de sentiers, presque sans dénivelé.

 

On peut rejoindre le court sentier menant aux chutes Sabbaday à partir de la route panoramique Kancamagus.  Le chemin est large, bien entretenu et mène à un bassin naturel au pied des chutes principales, en passant par des cascades secondaires encaissées dans une petite gorge.  Un bien joli lieu.

 

Article publié dans Rando Québec, hiver 2017